vendredi 16 août 2013

[Majorque] Alcúdia (Pt. 2)

Pour éviter d’avoir les jambes complètement engourdies, nous prenons la journée du dimanche pour aller voir la ville d’Alcúdia, à quelques kilomètres de Ca’n Picafort, en longeant la côte vers le nord-ouest. Suite aux recommandations du Routard, nous évitons le port ; il est, parait-il, bétonné “à l’extrême”, donc sans un réel intérêt. Nous choisissons de nous balader dans les petites ruelles de la vieille ville fortifiée. Un cadre agréable qui plaira aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

alcudia

L’architecture de cette ville et son histoire sont les deux éléments qui rendent cette ville fort charmante, et très intéressante au point de vue culturel évidemment. Tout de suite, on remarque ces ruelles étroites, avec, ici et là, quelques cafés, des salons de thé, ou des bars à tapas. Tout en avançant, on remarque que certaines demeures portent des marques de la Renaissance, dans leurs portes ou fenêtres.

ruelles

Parmi les vestiges qui subsistent, citons les remparts, qui étaient percés par deux portes : la Porte de Xara, ouvrant sur la rue du port, et de l’autre côté, la Porte San Sebastián. Après un renforcement des fortifications au XVIè siècle, une troisième porte fut créée, – la Porte de Vila Roja –, qui elle ouvrait sur un pont de pierre qui aujourd’hui est encore visible.

vilaroja

Nous décidons de monter sur les remparts pour avoir une vue légèrement différente… C’est tout simplement magnifique ! Un paysage à côté duquel on ne peut passer, qu’on peut admirer en profitant d’un vent bien frais.

VueAlcudia

Nous profitons donc de la vue tout en longeant les tours encore présentes et nous nous amusons même à jeter un œil par les meurtrières. Dommage, nous n’avons pas pris d’arc pour décocher une flèche sur le premier venu. Ca aurait pu être rigolo… Ahem! Pour la petite histoire, il a fallu plus de 60 ans pour construire la première partie de la muraille. Après un dernier remaniement en 1660, et un peu moins de 300 ans plus tard, les murs de la vieille ville ont en partie été démolis… L’histoire complète à lire en cliquant sur ce lien.

remparts

Après cette petite balade fort sympathique, nous décidons d’aller manger des tapas, dans un petit restaurant recommandé par le guide du Routard. Service impeccable et rapide, et un coca servi dans un verre de fou (“l’abus total, quoi !”). Ci-dessous, nous avons donc des ailes de poulet avec une petite salade. Déjà plus alléchant que des poivrons verts au gros sel…

tapas

Rendez-vous dans la troisième partie pour la suite de nos aventures !

jeudi 25 juillet 2013

[Majorque] Ca’n Picafort – Hôtel, piscine et plage (Pt. 1)

Nous l’attendions depuis à peine moins de quinze jours, ce voyage, puisque nous avions réservé début juillet. Ce jeudi 18 juillet, nous nous sommes donc rendus à l’aéroport de Liège pour décoller vers l’île de Majorque, dans les Baléares. Il s’agit de la plus grande île des Baléares, sa superficie étant de 3 640 km² d’après les informations données par le Routard. C’est aussi une île très touristique, et on peut rapidement le constater sur les côtes rien que par le nombre d’hôtels qui se succèdent…

1-liege-airport

Il est environ 6 heures du matin lorsque nous embarquons dans l’avion. (Nous avons de la chance pour le moment en Belgique car cela fait quelques semaines que la chaleur est présente et que le soleil brille). D’emblée le staff – très souriant – nous donne les consignes de sécurité habituelles. Après quelques minutes, l’avion se positionne sur la piste et entame son décollage. 2 heures après, nous arrivons à l’aéroport de Palma, où nous devons chercher les représentants Neckermann. Pas facile…

Nous obtenons les informations après dix grosses minutes : un car doit nous amener à notre hôtel. Soit, nous partons à sa recherche grâce aux indications données par l’équipe sympathique de Neckermann. Le trajet prend un certain temps car le chauffeur doit s’arrêter à plusieurs hôtels avant le nôtre. Après une bonne grosse heure, nous arrivons enfin devant l’Exagon Park. Nous passons à la réception pour le check-in et nous obtenons la carte pour la chambre, que nous partons découvrir.

2-chbre-exagonpark

La chambre est plus que correcte, et même si celle-ci n’est pas dans un style extravagant, elle reste sobre et moderne. La première qualité qui nous vient à l’esprit est qu’il fait très propre, il n’y a pas de saletés sur le sol ni dans la salle de bains. Pas de moisissures qui en feraient fuir certains ; les sanitaires étant visiblement très bien entretenus. Petit hic : la chasse d’eau avait parfois tendance à couler, il fallait alors repousser la poignée pour arranger le problème. Rien de bien grave.

Nous rangeons nos affaires, puis nous décidons d’aller prendre un bol d’air “frais”. Il y a une plage à 250 mètres, accessible depuis un chemin privé, ainsi qu’une très belle piscine, entourée d’un très joli parc. Cruel dilemme dès le départ : lorsqu’on descend à l’arrière de l’hôtel, ces panneaux nous proposent deux choix. Il faut alors se mettre d’accord…

3-chemin-prive

Notre choix est fait : pour cette première journée, nous préférons barboter dans la piscine. Première mission : se trouver une place sur un transat. On trouve une place assez rapidement, heureusement. Deuxième mission : se baigner. L’eau est uniquement chauffée grâce à la température ambiante. Il fait très chaud, ce n’est pas rien de le dire, l’eau est à une température idéale pour bien se rafraichir.

4-piscine

Pour un peu varier les plaisirs, nous accédons à la plage de Son Baulo après un bref retour dans la chambre pour se reposer du soleil. L’hôtel propose un charmant petit chemin privé pour y aller beaucoup plus rapidement. On passe à côté d’un grand plan d’eau, sans doute formé grâce à la mer, dans lequel on a pu voir notamment des crevettes et d’autres petits poissons.

6-chemin

J’avais dit “accès rapide” ? En effet, en à peine cinq minutes, nous nous trouvons devant la méditerranée. Un bleu magnifique se présente à nous. Nous sommes plus qu’enchantés! C’est sûr, les vacances commencent bien.

5-playa

Nous nous baladons d’abord le long des rochers, vers l’est. Il existe des sentiers pour les randonneurs, qui permettent de se rendre sur d’autres plages plus à l’est, dans la baie. Il faut compter entre 30 minutes et 1 heure pour cela.

7-rochers

Pour conclure cette petite journée, juste avant d’aller souper, nous décidons de siroter une bonne petite Sangria au bar de la plage. Que demander de plus ?

8-sangria

Un vrai petit délice : vive l’apéro. Une fois terminé, nous décidons de retourner à la chambre pour nous changer. Il est environ 19 heures, l’heure du repas… Direction le restaurant où toutes les odeurs se mélangent. Un buffet à volonté se dresse devant nos papilles émerveillées. On goute de tout : certaines choses nous plaisent, d’autres nous font tirer une petite moue. Globalement, il y a de quoi satisfaire tout le monde, mais certaines préparations sont réalisées différemment de chez nous. Mieux encore : un petit vin rosé très rafraichissant accompagne nos plats.

Nous retournons nous détendre dans la chambre après cette première journée un peu exténuante, surtout à cause du vol et du transfert en car. Nous sommes alors impatients pour les suivantes !

mercredi 10 avril 2013

[France] Chamonix Mt-Blanc, Les Confins, Pt. 3

Troisième et dernière partie de notre voyage en Haute-Savoie. Bientôt l’heure de repartir. C’est pourquoi nous décidons de nous rendre à Chamonix pour voir à quoi ressemble maintenant la mer de glace et la fameuse “grotte de glace”. Nous nous baladons d’abord dans les ruelles afin de trouver l’office du tourisme, pour avoir plus d’informations sur les départs du train en direction de Montenvers.

maison_montagne

Après cette petite balade sympathique, nous allons acheter nos billets pour prendre le train. Le site “Chamonix.net” nous donne une petite description du site de la mer de glace.

“La Mer de Glace est un site très important de la vallée de Chamonix. C'est le glacier le plus grand de France (7 km de long et 200 m d'épaisseur). En hiver, des milliers de skieurs la descendent jusqu'à la Gare du Montenvers après avoir fait la célèbre "Vallée Blanche". Pour accéder à la Mer de Glace il faut prendre le petit Train du Montenvers. Il part du centre-ville(Gare du Montenvers)”.

montenvers

Bien sûr, il ne faut pas avoir le vertige. En effet, à plusieurs endroits du trajet, on se retrouve à contempler la montagne d’en face, avec une vue incroyable sur la ville, qui nous parait extrêmement petite. Lorsqu’on arrive, le changement de température est se fait assez brusquement. En sortant du train, on aperçoit tout de suite la mer de glace et un guide nous raconte son histoire. C’est aussi à ce moment-là qu’on se rend compte à quel point la taille de la mer de glace a diminué au fil des années. Impressionnant et “triste” à la fois. Toutefois cela reste un chef d’œuvre de la nature.

merglance

Direction la grotte de glace en prenant place dans le télécabine. En fait, celle-ci a été transformée en un tout petit musée. Ceux qui adorent la marche peuvent s’y rendre à pieds, mais le chemin est long et surtout, les marches sont nombreuses.

grotte

Pour ceux qui le désirent, vous pourrez prendre une photo aux côtés d’un Saint-Bernard. Pourquoi pas…

Une fois la visite terminée, il faut remonter les marches jusqu’au télécabine. Puis de nouveau contempler le vide sous nos pieds tout en essayant de rassurer certains autres passagers à bord. Nous visitons alors une petite galerie, à côté du restaurant, où sont exposées des minéraux et pierres. Ensuite, nous désirons nous restaurer. Petite déception : le menu se compose de sandwiches et de ridicules petits desserts provenant sans doute de la première grande surface du centre.

Retour en voiture… Sans trop de problèmes.

Le lendemain, nous nous rendions sur le plateau des confins, accessible depuis la Clusaz. Petite restauration, mini-golf, “tyrolienne” sur le lac. Il est même possible de faire un petit tour en poney. En hiver, vous pourrez profiter des nombreuses pistes de skis dans les alentours.

tyrolienne

Voilà qui clôture notre voyage en Haute-Savoie. Notez également que cette partie ci aurait dû être la seconde, car je me suis emmêlé les pinceaux dans les dates. Mais bon, rien de bien grave puisque l’essentiel a été mentionné, et que de toutes façons, ce qui vous intéressait surtout, ce sont les photos, n’est-ce pas ?  Allez, sans rancune…

[France] Menthon-Saint-Bernard, Annecy, Pt. 2

Suite de l’aventure : que seraient des vacances dans cette région sans au moins se rendre une fois ou deux à Annecy ? Du coup, nous avons décidé, vers le milieu de semaine, de visiter l’extérieur de château de Menthon-Saint-Bernard, sur les hauteurs, duquel on peut voir le lac d’Annecy. Depuis bientôt un millénaire, le château est habité par la même famille : les Menthon. Découvrez plus d’histoire sur le site officiel : Château de Menthon-Saint-Bernard au fil des siècles.

MenthonChateau

Depuis la terrasse, nous pouvons admirer le lac d’Annecy.

LacAnnecy

Après cette petite marche, nous descendons en voiture vers Annecy-le-Vieux. Nous cherchons à nous garer et nous sommes un peu perdus. Ainsi nous passons devant l’hôtel de ville pour voir si le parking est libre. C’est un échec, nous effectuons alors un demi-tour dans les règles de l’art.

HotelVilleAnnecy

Avant de nous installer à une terrasse pour boire et manger, nous prenons le bateau pour faire le tour du lac. Charmante visite guidée au cours de laquelle nous apprenons notamment de nombreuses choses sur les différentes villas et les restaurants au bord du lac.

Après ce petit tour, nous décidons d’aller gouter, avec des crêpes, pour changer. Nous mangeons alors sur l’un des côtés donnant sur les “vieilles prisons”. Il y a foule, ce n’est pas peu dire.

“Existant depuis le bas moyen-âge, le palais de l’Îsle fut d’abord un péage entre les deux rives du Thiou puis utilisé comme prisons à de nombreuses reprises mais aussi comme tribunal, caserne ou encore asile de vieillards. Aujourd’hui musée de l’Agglomération d’Annecy, le bâtiment des vieilles prisons accueille le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine qui organisent de nombreuses expositions au fil de l’année (plus de 30000 visiteurs chaque année).”

Tourisme Annecy

vieuxannecyprison

Pour digérer, nous nous faufilons dans les ruelles, ici et là… Voici quelques images.

place

autreplace

riviere

quaicathedrale

Arrive alors le soir : nous retournons manger dans Annecy-le-Vieux. Restauration simple : tartare de bœuf et frites. Il faut dire qu’à ce moment-ci, nous sommes déjà à deux fondues savoyardes au compteur. Nous essayons donc d’éviter de prendre 400 kilos en un seul voyage, sinon impossible de reprendre l’auto pour le retour… Soit, après ce bon petit repas, nous nous baladons au bord du lac, et nous voyons des sculptures plutôt originales, comme une barrière construite avec des skis, entourant un parterre de fleurs.

AnnecySkis

Une envie subite nous prend : se baigner dans le lac. La température extérieure nous le permettait. Pour cela, nous retournons vers le parking chercher nos affaires de “plage”. Nous passons pour cela sur le “pont des amours”. Voici la description donnée par le site “Tourisme Annecy”.

“Énormément photographié par les vacanciers et utilisé pour les photos de mariage, le Pont des Amours est souvent un passage incontournable des touristes. Face aux barques mouillant sur les quais du Canal du Vassé à l’abri d’arbres centenaires côté ville et offrant un panorama sur l’île aux cygnes et le lac de l’autre côté, ce pont est un des symboles d’Annecy.

Le nom de ce pont provient d’une double origine : il s’agirait simplement d’un lieu où les amoureux aiment à se retrouver, mais on dit aussi que c’est un ancien lieu de rencontre de prostituées.”

La première hypothèse est bien plus romantique, non ?

pontdesamours

Pour en revenir à notre baignade, la température de l’eau était tout simplement excellente. Cela clôture notre belle journée. Retrouvez d’autres photos dans le(s) prochain(s) billet(s), où nous parlerons entre autres de la mer de glace, de Chamonix, et des confins.

[France] La Clusaz, Le Grand-Bornand, Pt. 1

Profitons du dernier jour de congé pour (enfin) vous parler de notre dernier voyage en date : la Clusaz. Destination bien connue des skieurs, puisqu’il s’agit d’une station de ski et d’alpinisme désormais bien connue de la majorité des touristes. Les domaines skiables de Manigod et La Clusaz sont tous deux situés sur le flanc nord-ouest de la chaine des Aravis. Reliés entre eux, ils comptent 84 pistes pour un total de 220 kilomètres. De quoi ravir les fans de glisse !

La Clusaz est également très privilégiée par les touristes en été et propose de nombreuses activités sportives. Parapente, randonnée, fitness, équitation, natation, mini-golf et loisirs mécaniques (motoneige en hiver, quad en été, cours de pilotages). Enfin, on y va aussi pour le décor et pour s’y reposer.

LaClusaz_Pt1

Dans le centre du village, on retrouve toutes sortes de boutiques où l’on vend des souvenirs, mais aussi de la charcuterie, de la boulangerie, du fromage, et des boissons alcoolisées de la région (genépi). Bien entendu, il est possible de déguster son apéritif sur une terrasse, juste sous le clocher de l’église. Pour l’histoire, celle-ci a entièrement été reconstruite en 1974. Le clocher à bulbe – de style baroque – quant à lui fut édifié entre 1751 et 1762.

LaClusaz_Clocher

Depuis l’appartement où nous séjournions, nous avions une superbe vue donnant sur le centre du village et sur les Aravis. Depuis le centre, il était possible de prendre le télécabine en direction du massif de Beauregard. On pouvait également admirer le coucher de soleil sur les Aravis.

Laclusaz_VueVillage

En voiture comme en bus, il est possible de se rendre très facilement au Grand-Bornand. Nous y avons mangé deux fois, une fois local et la seconde fois italien. Les restaurateurs sont plutôt accueillants et les prix sont corrects. Nous avons eu droit à une animation musicale lors de notre deuxième visite.

GdBornand_Mairie

Sur la route menant au centre du village, nous nous arrêtons pour prendre en photo la mairie du village, bien fleurie. Un peu plus loin, nous contemplons l’église Notre-Dame de l’Assomption. Le site officiel du Grand-Bornand nous la présente comme telle : “Datant du XIXe siècle, l'édifice vaut essentiellement par son clocher-tour d'origine, percé de trois baies cintrées et son bulbe ainsi qu'un superbe orgue composée de 40 jeux”. La visite de celle-ci, gratuite au passage, se fait avec ou sans guide.

GdBornand_Eglise

En remontant la vallée du Grand-Bornand, nous nous dirigeons vers le Col de la Colombière (~1613 mètres) pour une petite balade en montagne. Pas de randonnée à proprement dit donc pas de gros sac à dos, mais juste grimper pour le plaisir, pour respirer l’air pur et admirer la vue. Nous n’avons  malheureusement pas pu atteindre le Lac de Peyre, faute de temps mais pas que… Pour cause de fatigue également. Ce fut aussi l’occasion pour nous d’attraper des coups de soleil ! Cela ne nous a pourtant pas empêché de profiter par la suite.

ColColombiere

Durant la semaine, nous avons aussi profité pour nous détendre avec des activités plus classiques. Direction la piscine de la Clusaz, puis ensuite le mini-golf. Nous avons également fait quelques descentes sur la luge d’été. Pas vraiment des sensations fortes, mais pas forcément besoin de ça pour s’amuser en famille.

La piscine…

LaClusaz_Piscine

Partie de mini-golf…

LaClusaz_miniGolf

Voilà qui achève la première partie de nos vacances 2012. Dans le(s) prochain(s) billet(s), découvrez des clichés d’Annecy, mais aussi de la mer de glace, de Chamonix, ainsi que des confins.